Conseil des Ministres

Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Mar 10 Jan 2017 - 17:38

On avait informé les ministres que le premier conseil des ministres se tiendrait le mardi, dans l'après-midi. Ils arrivèrent les uns après les autres, plutôt satisfaits de faire partie de la toute nouvelle équipe gouvernementale.

Venant de recevoir la confiance du Sénat, le Chancelier Étienne Minnaud arriva enfin et prit place aux côtés des autres membres du gouvernement.

Alors que tous bavardaient tout en se versant des boissons qui avaient été mises à leur disposition (que des jus de fruit, pas d'alcool), la porte de la salle s'ouvrit et un huissier entra. Puis d'une voix forte, il annonça l'arrivée du Prince-Padishah.

En un seul mouvement, tous les ministres se levèrent et le monarque entra. Il se mit en bout de table et s'assit, aussitôt imité par les ministres.



Paul Pathyne : Bien, mesdames et messieurs, il m'est agréable de passer l'après-midi en aussi bonne compagnie. Mais nous ne sommes pas là pour échanger des banalités ou des mondanités, mais pour travailler dans l'intérêt de tous les Mézènes. Chancelier Minnaud, je vous en prie, nous vous écoutons.

Étienne Minnaud (qui s'était à nouveau levé de sa chaise) : Je vous remercie, Votre Altesse.

Mesdames et messieurs, mon gouvernement sera le premier gouvernement des États Fédérés et si vous me passez l'expression, nous allons devoir essuyer les plâtres.

J'ai déjà fixé quelques priorités. Le logement, l'économie, la diplomatie ainsi que diverses petites choses dont nous pourrons discuter ensemble.

Premier point, le logement...


Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Mar 10 Jan 2017 - 20:35

En début de soirée, Étienne Minnaud avait déjà mis en route trois projets qui lui tenaient à coeur.

Il fut d'une part décidé de construire un grand nombre de logements à Kaïtaïn. En effet, la capitale avait durement souffert de la guerre contre les Fidèles d'Arès et de nombreuses habitations avaient été détruites. L'écologiste Jérôme Lesueur, en charge de l'urbanisme, avait réussi à imposer un certain quota de logements plus respectueux de l'environnement. L'intérêt n'était pas seulement écologique, ces logements étaient aussi 20% moins chers.

Ensuite, les entreprises devaient remettre à neuf leurs bâtiments et leurs locaux. Les chantiers devaient être lancés au plus vite, car la tâche s'avèrerait ardue.

Pour finir, un deuxième aéroport serait construit à proximité de la capitale. Les avions qui décollaient de l'Aéroport de Jonction transportaient surtout des marchandises, en revanche le deuxième aéroport accueillerait des passagers en provenance ou à destination d'autres micronations. En conséquence, il faudrait également construire des hôtels et des restaurants, afin de pouvoir accueillir les touristes. Les autres territoires de Mézénas seraient mis à contribution.


L'ouverture au micromonde était un autre grand projet du Chancelier. Mais il ne voulait rien précipiter. Ce n'était pas demain que l'on verrait arriver des diplomates d'autres micronations.

Pas avant d'avoir mis en oeuvre tout ce qui permettrait de les accueillir au mieux...
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Mer 11 Jan 2017 - 14:57

Le lendemain, un nouveau conseil des ministres eut lieu. En fait, le Chancelier Minnaud aimait à dire qu'il n'y avait pas plusieurs conseils des ministres, mais un seul, qui durerait la totalité de son mandat. Il venait de créer le concept de "conseil des ministres permanent".

Chaque jour, lorsque les ministres se retrouvaient, c'était en quelque sorte un briefing quotidien.



Étienne Minnaud : Bien, mesdames et messieurs, vous le savez, l'adhésion à l'ONA est pour moi une chose nécessaire pour notre micronation. Mézénas doit faire entendre sa voix et rejoindre l'ONA est un des moyens qui nous permettront de le faire.

C'est pourquoi, aujourd'hui, je prends la décision de signer la Charte de l'ONA et de rejoindre cette organisation.

Suzanne, je vous charge de vous rendre dès demain à Talamanca, afin de...

Paul Pathyne : Veuillez m'excuser, Monsieur le Chancelier, je souhaiterais dire quelque chose.

Je dois vous avouer que j'éprouve une certaine méfiance à l'égard des organisations internationales, quelles qu'elles soient, d'ailleurs. Je trouve que votre désir de rejoindre l'ONA est quelque peu précipité. Et à titre personnel, je pense que dans cette organisation, on fait surtout de longues palabres, on y donne des discours interminables et bien souvent, lorsqu'une décision doit être prise, cela ralentit l'action. Et la politique, Monsieur le Chancelier, c'est avant tout l'action et pas les blablas.

Bien évidemment, je sais que Mézénas ne peut rester en retrait et qu'elle doit peser de tout son poids dans les affaires intermicronationales. Je suis également conscient du fait que les Affaires étrangères sont votre domaine réservé, à vous, ainsi qu'à votre Ministre, Madame Destier. Donc, si vous tenez tant à ce que Mézénas rejoigne l'ONA dès à présent, je ne ferais rien pour m'y opposer.

Mais je tenais à vous dire que je préfèrerais que nous attendions encore un peu. Et bien entendu, je vous demanderais d'en passer par un vote du Parlement. Cela ne peut pas être une décision unilatérale de votre part, car c'est une décision qui engage la micronation tout entière.

Étienne Minnaud : Mais, Votre Altesse, nous ne...

Paul Pathyne : C'est tout. J'en ai terminé.

Étienne Minnaud : Très bien, Sire, je... Je comprends votre point de vue. Dans ce cas, nous patienterons encore un peu.


Le Prince-Padishah croisa les mains et adressa un sourire au Chancelier. "Comme il a été aisé de faire revenir ce petit fonctionnaire sur sa décision !", pensa le monarque. "Je crois que je vais bien m'amuser dans les semaines à venir".
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Sam 14 Jan 2017 - 8:23

Du temps de la République, le sport tenait une place importante à Mézénas. Le pays possédait des clubs de football et d'athlétisme et on avait pu détecter quelques talents prometteurs qui, on l'espérait, brilleraient un jour dans les compétitions intermicronationales. Hélas, la guerre avait balayé tous ces beaux projets.

Lorsque la monarchie fut instaurée, les clubs furent réactivés. Il n'y avait pas encore de compétition micronationale, mais cela serait mis en place prochainement.

Alors qu'une compétition micromondiale de football devait avoir lieu au Libéristant, le Chancelier estima que Mézénas devait y participer. Bien sûr, il n'espérait pas des résultats extraordinaires, Mézénas ne serait probablement pas parmi les micronations favorites. Mais cela serait un bon entrainement pour les joueurs mézènes. Le Prince-Padishah soutint totalement cette entreprise.

A présent, il fallait se mettre à la recherche d'un entraineur...
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Lun 16 Jan 2017 - 19:24

Le Chancelier Minnaud venait de recevoir une nouvelle qui n'était pas très bonne pour lui, une enquête réalisée par un institut de sondage indiquait qu'il n'était pas très populaire auprès des Mézènes : sa cote de popularité n'était qu'à 46%.

Il ne comprenait pas d'où lui venait cette impopularité. Il venait de lancer de grands projets, la construction de logements à Kaïtaïn, ainsi que la construction d'un aéroport. L'emploi bénéficierait nécessairement de ces projets, alors pourquoi les Mézènes avaient une si mauvaise opinion de lui ? Peut-être était-ce le fait qu'il avait reculé face au Prince-Padishah, sur l'entrée de Mézènas à l'ONA.

Quoi qu'il en soit, il se devait de réagir, il craignait que certains de ses partenaires de la coalition, notamment la gauche écologiste, ne quittent la majorité si la tendance se confirmait.

Aussi prit-il la décision de confier à Saskia Seborova, en charge de l'économie, la rédaction d'une loi sur un salaire minimum. Puis il annonça qu'aucun impôt et aucune taxe ne seraient créés tant qu'il resterait à la Chancellerie. Les caisses de l'État étaient plutôt bien remplies, il n'y avait pas de souci à se faire de ce côté-là.

Et puisque le football avait toujours un effet positif sur le peuple, il décida d'accélérer la mise en place d'un championnat national.

Et si malgré tous ses efforts, la popularité ne revenait pas, il lui restait une carte qu'il sortirait de sa manche, une carte qu'il ne voulait pas jouer tout de suite. C'était risqué, mais si cela fonctionnait, ce serait certainement un coup de maître.


Mais pour cela, il devait se rendre en Francovie et rencontrer le Président Tarque...
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Mer 18 Jan 2017 - 10:29

Le Conseil des Ministres se poursuivait.


Étienne Minnaud : Bien, dites-moi, Saskia, où en êtes-vous avec cette rédaction de la loi sur le salaire minimum ?

Saskia Séborova : Eh bien, disons que pour l'instant, j'en suis au point mort. En temps normal, j'aurais rencontré les syndicats afin de fixer ce salaire minimum, mais ces derniers n'ont pas encore été réactivés. Il faut dire que le climat social a été plutôt calme dans notre pays, depuis la fin de la guerre.

Étienne Minnaud : Je vous vois lever la main, vous souhaitiez dire quelque chose, Stéphanie ?

Stéphanie Duchamp : Oui, Monsieur le Chancelier, je pense que ce serait une bonne chose de relancer les syndicats. Les droits des travailleurs doivent être défendus, mais les syndicats sont également utiles quand il s'agit de négocier avec le patronat.

Étienne Minnaud : Très bonne remarque, Stéphanie. Saskia, souhaiteriez-vous une réactivation des syndicats pour ensuite négocier avec eux ?

Saskia Séborova : Ça me semble approprié. Et si je puis me permettre, ce sera bon pour votre image. Si le salaire minimum était fixé sans concertation avec les représentants des salariés et d'une façon unilatérale, cela serait sans doute mal vu par une partie de la population.

Paul Pathyne : Je me permets de prendre la parole. Je suis d'accord avec madame Duchamp, concernant les syndicats. Bien sûr, j'ose espérer que cela ne va pas vous amener des grèves à n'en plus finir et que les syndicats accepteront de négocier avant de bloquer l'économie du pays, et pas après. Mais si vous vous souvenez bien, après l'attentat à Kaïtaïn, j'avais dit que je lancerais une grande consultation, concernant la place du merksisme-luninisme dans la société mézène.

Étienne Minnaud : Quelle forme prendra cette consultation, Sire ?

Paul Pathyne : Je pense réunir les leaders des différents partis politiques pour débattre de ce sujet. J'envisage également un référendum, je pense que les Mézènes devraient être associés à cette décision.

Vous comprenez, là où je veux en venir, c'est que parmi les syndicats, il y en aura nécessairement un ou même plusieurs qui seront proches des merksistes-luninistes. Donc, je pense que nous devons d'abord nous occuper de la place de cette idéologie qui, je le rappelle, a fait de nombreux morts dans notre pays il y a quelques semaines de cela.


A titre personnel, Étienne Minnaud n'avait aucune sympathie pour le merksisme-luninisme mais il n'imaginait pas que ce courant politique puisse être interdit à Mézénas. S'il y avait un référendum - et il veillerait à ce qu'il y en ait un - ce serait au peuple de trancher. Il décida que ce serait la position qu'il défendrait.


Étienne Minnaud : Saskia, on va mettre les syndicats et le salaire minimum en pause. Occupons-nous tout d'abord du projet de Sa Majesté.

Sire, j'approuve cette idée de référendum et en tant que leader de l'ADL, c'est ce que je recommanderai aux autres dirigeants de formations politiques.

Paul Pathyne : Mais je n'en attendais pas moins de vous, Monsieur le Chancelier.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Lun 23 Jan 2017 - 16:39

Après un weekend passé dans le Saguenay, sur la côte sud-est de Mézénas, le Chancelier Minnaud était en pleine forme. En cette saison, le climat était légèrement humide et assez froid et il avait apprécié les longues promenades au bord de la mer, dans les embruns.

De plus, il avait appris en rentrant à Kaïtaïn que les sondages lui étaient un peu plus favorables que la semaine précédente : il avait pris 4 points, à 50%. Apparemment, la relance du championnat de football, la réactivation des syndicats et l'annonce de la mise en place prochaine d'un salaire minimum avait eu un effet positif sur l'humeur des Mézènes.


Il arriva dans la salle du conseil des ministres et s'assit, après avoir salué le Prince-Padishah et les autres ministres.



Étienne Minnaud : Bien, j'espère que vous avez tous mis à profit votre weekend. Daniel, la loi sur l'élection du maire de Kaïtaïn est-elle prête ?

Daniel Raspail : Oui, Chancelier. La voici.

Étienne Minnaud (parcourant le texte de loi) : Tout ça me semble très bien, je vois que vous avez suivi mes recommandations. Transmettez-la au Landsraad immédiatement.

Paul Pathyne : Puis-je y jeter un oeil, auparavant ?

Étienne Minnaud : Bien entendu, Altesse.

Paul Pathyne (après avoir lu) : Je voix que vous avez grandement modifié le décret-loi que j'avais écrit. Pourquoi ramener de 8 à 3 le nombre de personnes siégeant au conseil municipal ?

Étienne Minnaud : Par souci d'efficacité. Et aussi pour limiter le nombre de personnes cumulant un mandat de conseiller municipal avec un mandat de sénateurs. Je souhaite que les sénateurs se consacrent  en priorité au Sénat.

Paul Pathyne : Pourquoi ne pas faire une loi limitant le cumul des mandats, ou même l'interdisant ? "Remarque, c'est pas avec le boulot que tu leur donnes qu'ils vont être débordés", pensa-t-il.

Étienne Minnaud : Ça ne me semble pas nécessaire pour l'instant.

Paul Pathyne (donnant le texte de loi à Daniel Raspail) : Très bien. Allez-y, Monsieur le Ministre, transmettez au Landsraad.

Daniel Raspail : Je m'en occupe, Votre Majesté.

Étienne Minnaud : Bon, ça, c'est réglé. Saskia, à nous ! Je vous avais demandé de vous renseigner afin d'équiper le gouvernement de téléphones fixes et portables, ainsi que de voitures de fonction.

Saskia Séborova : Oui, Chancelier. Nous avions convenu que nous allions équiper la Chancellerie et chaque ministère d'un fixe et d'un portable...

Étienne Minnaud : Sans oublier mon assistante. Je viens d'ailleurs de l'embaucher.

Saskia Séborova : Tout à fait. Et j'ai pensé que nous pourrions tous rouler en C7, la voiture fabriquée par Omicron.

Étienne Minnaud : Je pense que vous pourriez ajouter trois Basics pour le déplacement du personnel assurant notre sécurité lors de déplacements. Ça ferait monter la facture à combien ?

Saskia Séborova : Eh bien, attendez... je pose 3, je retiens 2... 12,300 M$.

Étienne Minnaud : Ah ouais, quand même ! Bon, pour l'instant nous n'avons pas encore fait voter une loi concernant les dépenses de l'État mais je vous propose tout de même de demander l'accord du Parlement pour ces achats.

Paul Pathyne : Si je puis me permettre, peut-être serait-il justement avisé de faire voter un budget, bien entendu après avoir vu quelles autres dépenses pourraient être faites au cours de cette législature.

Étienne Minnaud : Vous avez tout à fait raison, Altesse et je comptais bien le faire prochainement.

Paul Pathyne : Voilà qui est heureux !


"Je suis persuadé que cet incompétent pourrait dilapider tout l'argent du Trésor sans passer une seule fois par un vote du Parlement ! Et quelle idée absurde que de ne pas vouloir mettre en place un impôt, ni même la moindre taxe !", pensa le souverain.

Plus les jours passaient et moins il ressentait du respect à l'égard de celui qu'il avait pourtant lui-même nommé.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Ven 27 Jan 2017 - 11:58

Le Chancelier arriva souriant au Conseil des Ministres. Pour la première fois depuis sa nomination, il avait rencontré un chef d'état étranger, le Duc de Vagne, et cela s'était très bien passé. La loi sur l'élection du maire de Kaïtaïn était passée et les dépenses du gouvernement avaient elles aussi été acceptées par le Parlement. Prudemment, à son rythme (que certains jugeaient peut-être trop lent), il avait le sentiment de faire le job.


Étienne Minnaud : Altesse, mesdames et messieurs, bonjour. Comment allez-vous, tous ?

Paul Pathyne : Chancelier Minnaud, vous me semblez... jovial, ce matin !

Étienne Minnaud : Oui, Altesse, je suis heureux de vous apprendre qu'un premier traité de reconnaissance avec un état étranger est sur le point d'être signé. Bientôt nous aurons des relations diplomatiques avec Pirée. J'ai chargé la Ministre des Affaires étrangères de rédiger le traité, ensuite il n'attendra plus que ma signature et celle du Duc de Vagne. Le Parlement le votera sans doute, Pirée est un état voisin et nous voulons d'excellentes relations avec nos voisins, n'est-ce pas ?

Paul Pathyne : Si je puis me permettre, je pense qu'une approbation par référendum serait approprié.


Les ministres regardèrent le Chancelier en retenant leur souffle. Minnaud allait-il encore une fois reculer ?


Paul Pathyne : Vous comprenez, il s'agit du premier état avec lequel nous aurions des relations. A mon avis, le peuple doit être impliqué dans l'ouverture de...

Étienne Minnaud : Sire, je vous arrête tout de suite, c'est non. Avec tout le respect que je vous dois, les Affaires étrangères sont ma prérogative en tant que Chancelier et j'entends bien mener la politique étrangère de Mézénas comme je l'entends. S'il s'agissait d'une adhésion à l'ONA ou à une autre organisation internationale, je serais d'accord avec vous. Mais là, je pense qu'un vote du Parlement suffira.

Paul Pathyne : Comme il vous plaira, Monsieur le Chancelier.


"Si je le voulais, rien que pour lui mettre des bâtons dans les roues, je pourrais demander à chacune des Maisons du Landsraad de rejeter ce traité", pensa le Chancelier. "Mais elles ne le feront pas, elles ne voudront pas se priver de la manne que leur apporterait une ouverture économique vers Pirée".

Le Prince-Padishah porta un regard neuf sur le Chancelier.

"Il prend de l'assurance, le petit fonctionnaire !"
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Lun 20 Fév 2017 - 12:03

Le Chancelier arriva dans la salle du Conseil des Ministres, la mine défaite. Les derniers sondages n'étaient pas bons, il venait de perdre 4 points, il n'y avait plus que 51% des Mézènes qui soutenaient sa politique. Pour l'instant, la coalition tenait bon, la porte-parole de l'Alternative l'avait assurée de son soutien dans sa tentative de faire libérer Léna Séborova des prisons francovares. Mais ce soutien s'était fait en privé, Anne Pradier s'était bien gardée de l'afficher lors d'une déclaration publique. Quand aux autres partis présents au gouvernement, leur direction n'avait fait aucun commentaire, mais il savait que si la popularité ne revenait pas, ils le laisseraient tous tomber pour ne pas sombrer avec lui.

Ce qui inquiétait également Étienne Minnaud, c'était la candidature de Rebecca Langlette à la mairie de Kaïtaïn. En cas de victoire ou même si elle faisait un meilleur score que lui, elle n'hésiterait à franchement se désolidariser de son action. De plus, Laurent Delplace, qui l'avait remplacé à la tête du parti, tentait un rapprochement avec les conservateurs. Il était même question d'une fusion entre les deux partis ! Mais une partie des militants lui étaient restés fidèles et l'implosion de l'ADL était pour certains tout à fait envisageable.

Le Chancelier salua les ministres et s'assit. Le Prince-Padishah était absent car il devait se rendre en visite au Kitchassa.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Lun 20 Fév 2017 - 14:44

Étienne Minnaud : Bon, mesdames et messieurs, je vous ai donné certaines tâches à accomplir et nous allons faire un tour de table pour voir ce qui a été fait.

Mais avant cela, je tenais à vous dire que Mézénas rejoint l'ONA. Il suffit pour cela que je signe la Charte puis qu'elle soit ratifiée. Vous connaissez l'hostilité du Prince-Padishah à l'égard de cette organisation, mais je ne partage pas son point de vue. Concernant la ratification de la Charte, cela se fera par un vote du Parlement. Des questions ? Parfait, donc je signe la Charte... voilà qui est fait. Huissier, transmettez ça au Sénat.

Saskia, la loi sur les salaires des fonctionnaires est-elle prête ?


Saskia Séborova : Oui, Monsieur le Chancelier, la voici.




Loi sur le salaire des membres du gouvernements et des autres fonctionnaires de l'État.


Article 1.

Une grille salariale est établie, fixant les salaires de tous les membres de la fonction publique. Ces salaires sont mensuels.

- Chancelier : 3,000 M$.
- Ministre : 1,800 M$.
- Secrétaire d'État : 1,600 M$.

- Sénateur : 1,500 M$.

- Représentant d'une Grande Maison du Landsraad : salaire versé par la Grande Maison, montant laissé à la discrétion de cette dernière.

- Ambassadeur : 1,350 M$.

- Assistant et conseiller auprès d'un membre du gouvernement : 1,200 M$.

- Directeur d'une entreprise publique ou d'un organisme public : 1,000 M$.

- Autre salarié de la fonction publique : salaire minimum.


Article 2.

Les salaires sont versés à terme échu. Pour les membres du gouvernement et les sénateurs, ils sont versés à la fin de la législature ou lorsqu'ils quittent leur fonction.



Étienne Minnaud : Très bien, ça me convient. Transmettez-la au Landsraad dans les meilleurs délais.

Pendant que j'y pense, la douane m'a rapporté qu'on avait eu la visite de citoyens pryans, ces derniers temps, ce n'est pas que ça me dérange, mais je pense qu'il faudrait légiférer sur l'entrée de ressortissants étrangers sur notre territoire. Raspail et Gavard, vous êtes en charge de l'Intérieur et de la Justice, vous allez me pondre à tous les deux un texte sur l'immigration, les visas touriste, ce genre de truc. Il y aura bien entendu un traitement différent pour les ressortissants de pays avec lesquels nous avons un traité et pour les autres.

Donc faites le nécessaire, quelque chose de pas trop restrictif, mais pas trop laxiste non plus, et venez me présenter ça dès que ce sera fait.

Bien, poursuivons...
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Mer 22 Mar 2017 - 14:56

Le Conseil des Ministres reprenait, après une pause qui était due à la mollesse de Minnaud et au changement de Chancelier.


Paul Pathyne : Bien, madame la Chancelière, quels sont vos projets pour le peu de temps que vous resterez à ce poste ? Je dis peu de temps, mais bien entendu, cela n'est pas de mon fait, mais uniquement à cause du calendrier électoral.

Suzanne Destier : Vous pouvez cependant choisir de me reconduire, si mon parti sort vainqueur de la sénatoriale.

Paul Pathyne : Certes, certes, mais enfin, nous ne sommes pas encore là. Donc, vos projets ?

Suzanne Destier : Eh bien, tout d'abord je souhaiterais que vous nommiez des juges pour le Tribunate. (elle se tourne vers le Ministre de la Justice) Brice, avez-vous des noms à nous proposer ?

Brice Gavard : Oui, Madame la Chancelière, voici la liste.


Suzanne en prit connaissance, puis la tendit au Prince-Padishah, car c'est à lui que revenait le privilège de nommer les juges.


Paul Pathyne : Très bien, j'effectuerai la nomination dans la journée. Autre chose ?

Suzanne Destier : Mon prédécesseur avait demandé au Ministre de la Défense de lui proposer des investissements pour notre armée. Olivier, selon vous quels investissements pourrions-nous faire ?

Olivier Saporeau : Eh bien, Madame la Chancelière, je crains que nos moyens ne nous permettent pas de faire grand chose, du moins actuellement. Nous pourrions tout juste nous offrir un EMV-PHANTOM, peut-être deux, au début du mois prochain. Ces engins prennent énormément de temps à être construits et surtout, nous manquons quelque peu de ressources.


Suzanne se tourna vers Saskia Seborova, qui venait de rentrer de Belgograd.


Suzanne Destier : Saskia, de combien disposons-nous actuellement ?

Saskia Seborova (visiblement ennuyée par la question) : Eh bien, Madame la Chancelière... (elle s'arrêta un instant, puis soupira). En fait, le grand tort de votre prédécesseur, c'est de ne pas avoir mis en place des sources de revenus pour l'État, aucune taxe, aucun impôt, aucune rentrée d'argent, rien ! Je me suis longtemps disputé avec Étienne Minnaud mais il ne voulait pas entendre raison, selon lui nous avions assez d'argent. Et comme il était le seul à...

Suzanne Destier : Des chiffres, Saskia, je veux des chiffres ! Vos explications ne me servent à rien !


Le Prince-Padishah appréciait ce moment, il se disait que Suzanne était une véritable tigresse, et pas seulement quand elle le rejoignait dans son lit.


Suzanne Destier : Alors, Saskia ?

Saskia Seborova : Je pense qu'il serait préférable que nous voyions ça dans votre bureau.

Suzanne Destier : Très bien, allons-y dès à présent.


Les deux femmes se levèrent et prirent la direction du bureau de Suzanne. Certains des ministres appartenaient à des partis qui, dans quelques jours, seraient des adversaires pour la sénatoriale. Mieux valait ne pas leur donner des armes pour l'abattre.


Olivier Saporeau : Et pour mon EMV-PHANTOM, on fait quoi ?

Suzanne Destier : La ferme, Saporeau !


Paul Pathyne faillit avoir un orgasme.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Jeu 23 Mar 2017 - 5:37

Suzanne et Saskia revinrent dans la salle du Conseil des Ministres.


Suzanne Destier : Bien, je reviens d'une discussion avec Saskia et autant vous le dire tout de suite, on va devoir se serrer la ceinture, côté dépenses. Olivier, je crains que pour cette législature, nous ne puissions aller au-delà d'un avion de chasse. Il faudra vous en contenter.


La Chancelière ne savait même pas si les logements que Minnaud avait fait construire à Kaïtaïn pourraient être payés avant la fin de cette législature. Mais il était préférable de ne pas en parler maintenant.


Suzanne Destier : Bien, passons à la suite. Mademoiselle La Guéry, je souhaiterais que vous nous proposiez des noms, pour le poste d'Ambassadeur à Pirée et à Prya. Contactez des personnes, voyez ce que vous pouvez faire et revenez nous voir demain avec ça.

Manon La Guéry : Entendu, j'ai déjà quelques petites idées.

Suzanne Destier : Monsieur Delplace, vous allez nous écrire une jolie petite loi, donnant une échelle de peines pour les crimes et pour les délits.

Bon, je crois que c'est tout. A présent, si vous avez des idées, des propositions, pour votre ministère ou un autre, n'hésitez pas. Je vous écoute.

Saskia Seborova : Il me vient une idée, c'est drôle que je n'y ai pas pensé avant. On pourrait mettre en place une taxe électorale. Les élections seraient désormais payantes, pour les partis. Ça pourrait nous permettre une rentrée d'argent, vraiment trois fois rien, mais ça serait déjà un début.

Suzanne Destier : L'idée est intéressante, mettez ça au point rapidement, Saskia. Autre chose ?

Brice Gavard : Oui, madame la Chancelière, Étienne Minnaud m'avait demandé d'écrire une loi sur l'immigration, l'établissement de visas, etc.

Suzanne Destier : Ah oui, exact, je m'en souviens. Et c'en est où ?

Brice Gavard : Je devais m'occuper de ça avec Daniel Raspail, qui était à l'Intérieur. Je vais voir avec monsieur Delplace, qui lui a succédé, on va tout reprendre. Vous êtes d'accord, Laurent ?

Laurence Delplace : Oui, aucun souci, on commence quand vous voulez !

Suzanne Destier : Très bien, alors pourquoi pas tout de suite, messieurs ? Allez-y ! Bon, y a-t-il d'autres propositions ?

Manon La Guéry : J'avais pensé qu'après Prya et Pirée, nous pourrions ouvrir des relations avec une troisième micronation. Et il se trouve que j'ai reçu une invitation de la CSH. Je n'ai pas encore fixé un rendez-vous, souhaitez-vous que nous y allions ensemble... ou bien vous préférez y aller seule... ou moi, tout seule...

Suzanne Destier : La CSH, ça me semble intéressant. Arrangez une date et revenez me voir. Nous irons ensemble.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Jeu 23 Mar 2017 - 16:51

Stéphanie Duchamp leva timidement la main.


Suzanne Destier : Oui, Stéphanie, vous désiriez proposer quelque chose ?

Stéphanie Duchamp : Oui, madame la Chancelière. Bon, ça n'a que peu de rapport avec mon ministère, qui est l'Éducation, mais je me suis toujours demandé pourquoi nous n'avions pas de chaine de télévision. Les programmes à la radio sont très bien, c'est pas ça le problème, mais quand même, je pense qu'on devrait lancer une chaine de télé.

Suzanne Destier : C'est vrai que ça manque, parfois. Bon, Stéphanie, l'idée vient de vous alors mettez ça en route. Trouvez le bâtiment, le matériel, le personnel... Ah, faudra aussi songer à relancer la fabrication de téléviseurs, sinon cette chaine risque de ne pas avoir une audience très élevée ! Vous avez une semaine pour mettre ça au point, je vous fais confiance.

Bon, Saskia, le dossier de la Banque Fédérale est prêt ?

Saskia Seborova : Oui, tout est prêt. Je me suis permis de prendre rendez-vous avec la BFM, ils n'attendent que nous.

Suzanne Destier : Très bien, alors on y va.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Ven 31 Mar 2017 - 11:03

Suzanne était morose en arrivant à la Chancellerie, ce matin. Le Landsraad avait rejeté le TRM avec la Scanthénoisie-Helvétia. De plus, un journal people avait sorti une info, le matin-même, selon laquelle elle entretenait une relation avec un noble. Sachant que la noblesse détenait toutes les entreprises privées, le fait qu'elle soit aussi intime avec un noble allait être très mal perçu, on parlerait de conflit d'intérêts, de copinage et les électeurs de gauche n'apprécieraient pas ! A la veille de la sénatoriale, l'info était tombée au pire moment. "Les salauds, comment-ont-ils su ?"

Elle avait toujours veillé à ce que son histoire avec le Prince-Padishah reste confidentielle. Mais quelqu'un avait dû entendre parler de ces cinq à sept et ces parties de jambes en l'air et il s'était sans doute fait une joie de révéler l'info à un torchon !

Elle n'aurait guère de temps pour répliquer. Démentir était inutile, bien souvent les gens croient beaucoup plus à une rumeur, dès lors qu'elle est démentie. La seule chose à faire était d'ignorer tout cela, en espérant que l'affaire allait s'étouffer d'elle-même.

Suzanne entra dans la salle du Conseil des Ministres. Très vite, Saporeau replia le journal qu'il était en train de montrer à Le Guéry et le mit sur la table, sous une pile de dossiers.



Suzanne Destier : Bien, où en étions-nous la dernière fois ? (elle regarde les personnes présentes) Tiens, Gavard et Delplace ne sont pas là ?

Brice Gavard : Ils sont avec la Commission Sénatoriale de la Justice, ils discutent du Code Pénal.

Suzanne Destier : Ah, bon alors du coup il est peu probable que la loi soit votée avant l'élection de demain.

Brice Gavard : Cela dit, le mandat des Sénateurs s'achèvent le 9 avril.

Suzanne Destier : C'est vrai, donc on tâchera de leur proposer ça la semaine prochaine. Stéphanie, où en êtes-vous pour la création de chaine de télévision ?

Stéphanie Duchamp : Eh bien, le dossier est prêt. La chaine occupera un studio qui était celui d'une autre chaine du temps de la République. Il ne reste plus qu'à nommer un directeur qui se chargera du recrutement.  Mais la chaine ne pourra émettre qu'à la mi-avril.

Suzanne Destier : Génial, encore un projet dont nos successeurs profiteront. Bien, bon c'est tout pour aujourd'hui. Passez un bon weekend, on se revoit lundi.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Jeu 6 Avr 2017 - 17:23

Après deux semaines d'un travail long et fastidieux réalisé en collaboration avec la Commission sénatoriale de la Justice, Brice Gavard et Laurent Delplace rejoignirent la salle du Conseil des ministres. Gavard portait un épais dossier, le Code Pénal mézène

Très fier du travail accompli avec Delplace, il donna le projet de loi à la Chancelière.



Suzanne Destier : Eh bien, tout ça ?

Brice Gavard : Il fallait être le plus proche possible de l'exhaustivité, même si ce n'est hélas pas possible. Je pense qu'il ne devrait pas y avoir d'amendement déposé.


Suzanne Destier lut le texte en diagonale, puis hocha la tête, l'air satisfait.


Suzanne Destier : Du très bon boulot, Gavard. Et vous aussi, Delplace. Bon, Gavard, vous pouvez proposer ça au Landsraad.

Brice Gavard : Entendu, Madame.

Suzanne Destier : Stéphanie, nommez un directeur pour la chaine de télévision, je vous laisse carte blanche. Mais je veux que les programmes commencent dès ce weekend. Ça me détendra avant la passation de pouvoir de lundi. Au fait, quelqu'un sait qui va me succéder ?

Olivia Saporeau : Des rumeurs prétendent que ce serait Seborovska et que Sillard-Guérin serait à l'économie.

Suzanne Destier : Ah bah, ils vont pas s'ennuyer avec lui.


Dominique Sillard-Guérin était un membre du parti travailliste. Surnommé DSG ou parfois même Braquemard-Guérin, il était amateur de bonne cuisine, de vins fins et hors de prix. Une rumeur disait qu'il était un habitué de "l'îlot 7", le surnom donné à la Côte Saint-Sevan, le quartier chaud de la capitale où l'on trouvait des sex-shops, des cinémas porno et des prostituées.


Suzanne Destier : Bon, ce sera tout pour aujourd'hui. En fait, ce sera tout. Vous êtes tous en weekend. J'ai été heureuse de travailler avec vous. (sa voix tremble, elle retient un sanglot) Bonne chance pour la suite !
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Mer 26 Avr 2017 - 12:33

Marielle de Falaise arriva la première dans la salle du conseil des ministres. Elle demanda que l'on dispose des boissons sur la table et cette fois, les boissons alcoolisées seraient autorisées. Elle voulait que toute son équipe gouvernementale soit détendue.

Les ministres et les secrétaires d'État arrivèrent à leur tour.



Marielle de Falaise : Mesdames et messieurs, installez-vous. Si vous le souhaitez, des boissons sont à votre disposition.


La Chancelière attendit que chacun se servit. Séborovska, la Ministre de la Défense, opta pour une bière. La Krassbier lui manquait un peu et elle espérait que prochainement, cette boisson serait disponible à la vente à Mézénas. Les autres ministres se servirent également.


Daniel Raspail : Désirez-vous quelque chose, Madame la Chancelière ?

Marielle de Falaise : Oh, mon petit Raspail, comme c'est gentil à vous ! "Ok, donc c'est toi le fayot de l'équipe", pensa Marielle. "Très bien, je le note". Donnez-moi une Sirona.

David Benayoun : Personnellement, je ne suis pas fan de bière.

Marielle de Falaise : Vous avez tort, Benayoun. La Sirona est une excellente bière, qui ne fait que 8,5 degrés d'alcool ! Elle est fabriquée dans le Dorbasse et ce qui en fait une bière unique, c'est qu'on y a ajouté du Kirana, qui donne à cette bière délicate et rafraichissante un petit goût de fraise qui ravira vos papilles ! La Sirona, seulement 45 M$, dans toutes les bonnes brasseries !

Herman de Boer : Pour ma part, je prendrai un vin pétillant de Cardolane ! Ses petites bulles fines en font une boisson...

Marielle de Falaise : Oui, bon ça va, prenez ce que vous voulez et mettons-nous au boulot !

Bien, Sillard-Guérin, c'est vous qui aurez le premier rôle dans les semaines à venir. Déjà, j'ai vu que vous avez mis en place plusieurs taxes qui ont commencé à rapporter des recettes à l'État, comme je vous l'avais demandé, c'est très bien. On en est à combien sur le compte du Trésor ?

Dominique Sillard-Guérin : Eh bien... (consulte ses dossiers) depuis sa mise en place le 19 avril, la TVA à 3% nous a rapporté 3,634 M$, pour être exact. Il y avait un reliquat de 15,000 M$ donc, ça nous fait un total de 18,634 M$.

Marielle de Falaise : Bon, les cotisations salariales seront versées à partir du 1er mai, plus la TA, sur l'audiovisuel, je pense que ça devrait nous rapporter un bon paquet d'oseille mais sans doute pas assez pour nos frais. Quelles sont vos recommandations, Dominique ? Avez-vous une idée de la somme que nous devrions emprunter à la Fed ?

Dominique Sillard-Guérin : Madame la Chancelière, je pense qu'il nous faut procéder par ordre. La Fed attendra sans doute le communiqué du CES, le Conseil Économique et Social, pour fixer ses taux d'intérêts et ce communiqué devrait nous parvenir le 1er mai... après que nous ayons nommé ces membres, honneur qui revient au Prince-Padishah, comme il est dit dans le CE, le Code Économique. J'ai contacté quelques proches, il y a plusieurs jours, et j'ai quelques noms en tête que je vais proposer à Sa Majesté.

Marielle de Falaise : Ah oui, tiens, au fait, Sa Majesté n'est pas là ? Et où est Ferhig, notre Ministre des Affaires étrangères ?

François de Horteuil : Le Prince-Padishah est en CSH, il doit faire un discours devant l'Assemblée fédérale, afin de convaincre les autorités de ce pays à signer un nouveau TRM avec nous.

Marielle de Falaise : Oui, je me souviens maintenant, le Landsraad avait rejeté ce traité, de façon assez surprenante, d'ailleurs. J'aime pas trop que ce soit Sa Majesté qui s'occupe de notre diplomatie, normalement ça n'est pas son rôle, mais bon, vu que tout est parti d'une boulette du Landsraad...

Bien, donc pour l'instant on est un peu bloqués. L'avantage, c'est que si on emprunte à la Fed au début du mois prochain, c'est seulement début juillet que nous commencerons à rembourser, ça nous laisse de la marge.

A part ça, autre chose, Dominique ?

Dominique Sillard-Guérin : Oui, le mouvement de grève se poursuit à RTM1, ils veulent une augmentation de salaire. Et Matinot, le leader du syndicat merksiste nous met la pression, il veut une augmentation substantielle du salaire minimum. Il a déjà prévu une grande manifestation, pour lundi prochain, le 1er mai. Deux jours avant le Jour du Souvenir.


Le Jour du Souvenir, le 3 mai, était un jour férié, à Mézénas. Il commémorait l'attaque d'Arès sur la ville de Salusa, une commune dans la banlieue de Kaïtaïn sur laquelle Arès avait lancé un missile nucléaire le 3 mai 2015. Un missile dont la charge avait été heureusement désactivée suite à un dysfonctionnement. L'attaque avait tout de même causé des centaines de morts et toute la ville avait été détruite.


Marielle de Falaise : Il n'est pas question que je cède à la rue ! Mais je pense que nos entreprises peuvent tout de même supporter une légère hausse du salaire minimum. Faudra prévoir de rencontrer Matinot ainsi que les autres leaders syndicaux prochainement. Et les représentants des salariés de RTM1, bien entendu.

Bon, ce soir je m'envole pour Aarosia pour le sommet de la LEM, Benayoun, vous venez avec moi. Dominique, vous me remplacerez. Et n'oubliez pas de transmettre au plus vite une liste de nom à Sa Majesté pour le CES. Je devrais être absente une dizaine de jours.

Allez, avant que j'aille me préparer, on se remet une tournée ! Raspail, filez-moi une Sirona, une seule ne suffit pas !
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Jeu 11 Mai 2017 - 12:15

De retour d'Aarosia, sans doute engourdie par le froid de canard qui régnait dans cette partie du micromonde, Marielle fut atteinte par une petite poussée de flémingite. Mais à coup de cachetons, elle se remit assez rapidement, cependant pas assez rapidement pour réagir aux grèves et aux manifestations qui avaient lieu dans tout le pays depuis maintenant le début du mois.

Elle décida enfin de rencontrer les leaders syndicaux ainsi que la patronne des patrons. Elle se chargerait de Matinot, le merksiste, et inviterait Bertaud à participer aux négociations. Le leader de la Confédération des Travailleurs Syistes était connu pour être un homme pondéré et pourrait tempérer les exigences du merksiste. "La comédie a assez duré !", lâcha-t-elle, en décapsulant une Sirona.

Elle demanda à Sillard-Guérin de rencontrer Langlois, la leader du Mouvement des Entreprises Mézènes.



Marielle de Sarnez : Et vous me faites ça de façon détendue, à la Mézène, quoi ! Entendu, Dominique ?

Dominique Sillard-Guérin : Aucun problème, Madame, je ferai ça.

Marielle de Sarnez : Bon, et sinon, pour l'emprunt à la Fed, vous me préconisez combien ?

Dominique Sillard-Guérin : Eh bien, nous avons déjà diverses petites dépenses qui sont prévues. Nous devons terminer de payer Pronix et Omicron pour nos téléphones, sans oublier les voitures de fonction. Il était prévu d'acheter un EFM Phantom, mais on pourrait en réserver un deuxième pour le mois prochain. Nous devons verser un peu plus de 40,000 M$ à Kaïtaïn, pour les logements. Je pense que nous devrions également mensualiser les salaires, pour faire tourner l'économie de façon régulière et pas par soubresauts, tous les 3 mois. Au total, 200,000 M$ ne seront pas de trop pour commencer.

Marielle de Sarnez : Empruntons 300,000 M$, nous devons profiter des facilités de remboursement que nous propose la Fed. Mais veillons à ne pas tout dépenser d'un coup. Vous ferez ça après avoir rencontré Langlois. Et pensez aussi à relancer les entreprises, j'ai cru comprendre qu'elles trainaient la patte pour les cotisations salariales et patronales.

Dominique Sillard-Guérin : Elles attendaient de voir comment ça se passerait, vu que les syndicats demandent une hausse du salaire minimum.

Marielle de Sarnez : Ah oui, forcément. Bon, allez, on se bouge.


Tyrana sourit. Elle espérait que la Défense nationale recevrait enfin son avion de chasse et elle l'aurait bientôt, avec en plus un deuxième en juin prochain.

Les Jallanistes francovars allaient bientôt se manger des bombes sur le coin de la figure. Tarque allait regretter d'être né !
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Lun 12 Juin 2017 - 18:33

La Chancelière était presque totalement remise de sa flémingite et si certains de ses ministres avaient encore des doutes, elle allait bientôt les dissiper.


Marielle de Falaise : Mais bordel de bordel, c'est quoi ce foutoir ? Le Duc de Pirée a pété un plomb ou quoi ? Ferhig, faites-moi votre rapport, tout de suite !

Hasimir Ferhig : Eh bien, hmmm... le Duc de Pirée a rompu les relations avec la Francovie. Le différend se situerait au niveau de la... hmmm, la Syldàvie du Sud. Nous avons, hmmm... appris la nouvelle par... les médias.

Marielle de Falaise : C'est une plaisanterie, j'espère ? Par les médias ? Vous êtes en train de me dire que Mézénas n'a pas mis au point un système d'écoute de ses voisins ?

Hasimir Ferhig : En fait, si... hmmm, comment dire... la République en avait un, au tout début, à cette époque cela nous servait surtout à espionner la Francovie. Mais tout a été détruit lors de la Guerre contre les Machines Pensantes.

Marielle de Falaise : Bien, il faudrait songer à nous doter de nouveau d'un tel dispositif. Il est inconcevable que les médias soient avertis avant nous d'événements tels que la rupture des relations entre la Francovie et Pirée ! Bon, que faisons-nous ? Quelle devrait être notre réaction ? Je vous écoute.

François de Horteuil : Eh bien, Madame la Chancelière, le sujet est délicat.

Marielle de Falaise : Une minute ! Vous êtes qui ?

François de Horteuil (un peu surpris) : Euh... Votre Ministre de l'Intérieur, Madame, François de Horteuil.

Marielle de Falaise : Ah oui, exact ! Pardonnez-moi, cette flémingite a chez moi des effets secondaires inattendus. Poursuivez, Horteuil.

François de Horteuil : Oui, donc, comme je le disais, le sujet est délicat. Ce que nous savons de tout cela, c'est que la Syldàvie du Sud a été intégrée au Sérénissyme Empire d'Ys. Nous avons pu remarquer qu'un grand nombre de Syldàves quittaient la région pour rejoindre Pirée. Selon nos infos, qui sont hélas très parcellaires, l'intention du Duc de Vagne serait ni plus ni moins de rattacher la Syldàvie du Sud à Pirée.

Marielle de Falaise : Ah carrément ! Quand je disais qu'il avait pété un plomb !

François de Horteuil : Je n'aurais pas dit les choses comme cela, Madame la Chancelière, mais disons que c'est une décision qui pourrait s'avérer dangereuse. Le risque d'un conflit est bien présent, car il va sans dire qu'Ys n'acceptera pas cela sans broncher.

Marielle de Falaise : C'est vrai que tout cela pourrait être une cause de grande instabilité pour tout le Continent Sud.

François de Horteuil : Et de plus, nous avons une forte communauté syldàve à Mézénas et il nous est pour l'instant difficile de savoir ce qu'ils pensent de tout cela.

Marielle de Falaise : Eh bien, commandez un sondage, c'est un peu votre domaine, Horteuil, non ?

François de Horteuil : Oui, enfin moi c'était surtout les recherches en marketing.

Marielle de Falaise : Oui, enfin bon, peu m'importe ! Arrangez-vous pour savoir ce qu'en pensent les Syldàves de Mézénas, je veux une réponse dans 48 heures au plus tard !

François de Horteuil : Très bien, ce sera fait.

Marielle de Falaise : Bon, c'est tout pour vous. Séborovinka, à nous !

Tyrana Seborovska : C'est Seborovska, Madame la Chancelière.

Marielle de Falaise : Oui, si vous le dites, je ne vais pas vous contredire ! Bon, Mézénas doit se doter de nouveau d'un dispositif permettant d'espionner nos voisins ! Vous... euh, enfin, vous voyez un peu à quoi ça pourrait ressembler ?

Tyrana Seborovska : Oui, un programme d'interception des écoutes téléphoniques, des communications radio, des mails, ce genre de choses. Je suppose que cela devra dépendre de l'armée.

Marielle de Falaise : Vous supposez bien, car Sa Majesté voudra sans doute que ce soit les Sarraudar qui soient en charge de cette unité d'espionnage. Bien, je vous donne une semaine pour mettre ça en place ! Sollicitez les entreprises mézènes, Pronix devrait être capable de nous fournir le matériel.

Dominique Sillard-Guérin : Madame la Chancelière, euh... si je puis me permettre, le budget du trimestre est déjà bouclé.

Marielle de Falaise : Et alors ? Les caisses ne sont pas encore vides ! Un vote au Parlement pour une dépense supplémentaire et l'affaire est dans le sac ! Au pire, on empruntera de nouveau à la Fed ! Bon, Séboroniska, vous avez donc une semaine pour...

Tyrana Seborovska : Seborovska, Madame la Chancelière...

Marielle de Falaise : Oui, si vous voulez, si vous voulez ! Une semaine, pas un jour de plus ! Bon, je vais faire une sieste !
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Ven 16 Juin 2017 - 13:50

Marielle semblait de meilleure humeur, quand elle arriva dans la salle du conseil des ministres. Les injections quotidiennes de ce cocktail vitaminé lui faisaient beaucoup de bien et elle sentait qu'elle serait très bientôt totalement guérie de sa flémingite.


Marielle de Falaise : Bonjour à tous ! Oh, j'ai une de ces patates, ce matin !

François de Horteuil (regardant sa montre) : Il est 13h50, Madame la Chancelière.

Marielle de Falaise : Et alors, Horteuil ? Et alors ? J'ai envie de dire, ouvrez votre esprit ! Ne restez pas avec votre vision simpliste des choses ! Si je dis que c'est le matin, alors c'est le matin, même à 13h50 ! Bon, mesdames et messieurs, j'ai bien réfléchi ces derniers temps, j'ai eu beaucoup de temps pour ça. Et je crois que nous avons été trop timorés. Nous devons nous montrer plus ambitieux, plus déterminés ! Dominique, c'est vers vous que je me tourne !

Dominique Sillard-Guérin : Oui, Madame la Chancelière ?

Marielle de Falaise : Vous filez à la Fed et vous leur empruntez 500,000 M$.

Dominique Sillard-Guérin : 500,000 M$ ? N'est-ce pas un peu trop, Madame ?

Marielle de Falaise : Et voilà, c'est bien ce que je disais, vous êtes un timoré, Dominique ! L'argent va à l'argent, plus l'État dépense et plus l'État perçoit des recettes ! Nous allons devoir verser une participation au budget de la LEM, chaque trimestre. Nous avons tous ces bâtiments à construire pour nos entreprises publiques, des locaux, des sièges sociaux, des usines ! L'aéroport de Kaïtaïn a été livré mais nous ne l'avons pas encore payé ! Nous devons être plus agressif, nous devons investir ! Croyez-moi, on finira par toucher les fruits de ces efforts.

Dominique Sillard-Guérin : Très bien, entendu Madame la Chancelière.

Marielle de Falaise : Et surtout, négociez un taux d'intérêt peu élevé et étalez le remboursement sur 2 ans.
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Sam 14 Oct 2017 - 18:06

Gouvernement de Palandier - 4è législature



Conseil des Ministres Laimdo11


Marie-Hélène de Palandier : Mes petits chéris, j'espère que vous avez tous bien profité de vos vacances, si vous avez eu la chance d'en avoir, parce que maintenant, va falloir se mettre au boulot ! Sa Majesté a besoin de repos en ce moment et m'a demandé de présider le conseil des ministres à sa place, c'est pourquoi je me tiens dans son fauteuil.

Bon, pour commencer, de Boer, vous avez demandé l'extradition de Poluchi aux Francovars ?

Herman de Boer : Oui, Madame la Chancelière. Je leur ai envoyé un courrier et ils ne devraient pas tarder à le recevoir.

Marie-Hélène de Palandier : Parfait ! Destriveaux, j'ai vu que vous aviez augmenté la TVA, ça c'est bon. Autant faire les choses les plus désagréables dès le début ! En revanche, vous allez contacter les entreprises et leur dire de se mettre aux normes, j'ai remarqué que certains efforts avaient déjà été faits, il faut poursuivre dans cette voie. Mais avant cela, vous jetterez un oeil au Code Économique et vous vérifierez que tout est en accord avec le traité de la ZELEM.

Marielle Destriveaux : Si je puis me permettre, Madame la Chancelière, peut-être faudrait-il rencontrer les syndicats, les salariés sont en grève depuis bien trop longtemps et il faut y mettre un terme, en évitant d'avoir recours à la force. S'il y a des manifestations, par exemple, nous n'allons pas leur envoyer les canons à eaux pour les obliger à se disperser...

Marie-Hélène de Palandier : C'est pas l'envie qui m'en manque, pourtant...

Marielle Destriveaux : Mais nous devons montrer dès le départ notre volonté de résoudre les problèmes au plus vite et éviter d'aller vers un durcissement de la grève.

Marie-Hélène de Palandier : Hmmm... Ouais, vous avez raison ! (elle soupire) Je m'en occuperai ! Bon, bref, passons à autre chose.

Delplace, vous verrez avec Amirus comment mettre en place le projet de Peyranne, qu'il n'a jamais mené à son terme, d'ailleurs, ce fameux système d'écoute des autres micronations. Vous me présenterez les diverses options, le prix que ça pourrait nous coûter, bref, vous savez bien, quoi !

Voilà, je pense que vous avez de quoi vous occuper. Les autres, ne vous réjouissez pas trop vite, je trouverai sûrement des choses à faire pour vous. D'ailleurs, M'Bonanga, suivez-moi dans mon bureau, j'ai un truc à voir avec vous...
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Paul Pathyne le Mer 1 Nov 2017 - 18:46

Marie-Hélène était débordée et elle ne savait plus où donner de la tête. Destriveaux étant à Maskva, elle avait commencé à bosser sur le budget du 4è trimestre, le dernier de l'année. Il y avait eu l'affaire Poluchi, qui s'était terminée de façon dramatique, une loi qu'elle avait fait passer au Parlement, il y avait eu aussi un 2è litige avec la Francovie qui avait fait l'objet d'un recours devant le tribunal d'arbitrage de la ZELEM et dans lequel Mézénas avait eu gain de cause. A cela il fallait ajouter l'éternel contentieux territorial entre le Krassland et le Zollernberg et l'ouverture des relations économiques avec Prya.

A présent, elle devait boucler la mise en place du dispositif servant à espionner les mails et les conversations téléphoniques des autres micronations, à commencer par celles qui étaient les alliées de Mézénas. "C'est bien connu : on sait toujours ce que pensent nos ennemis, mais pour nos amis, c'est moins évident"



Marie-Hélène de Palandier : Bon, Delplace, vous avez vu avec Amirus pour ce projet dont je vous ai parlé ?

Laurent Delplace : Oui, madame la Chancelière, et nous nous sommes mis d'accord. Nous proposons la construction d'un bâtiment, qui dépendra du Ministère de la Défense. Il sera équipé de 2 antennes. Il permettra d'intercepter les communications téléphoniques et les mails, ciblés selon certains mots-clés.

Marie-Hélène de Palandier : Et ça nous coûtera combien, cette petite merveille ?

Laurent Delplace : Mes services estiment que ça devrait être aux environs de 50,000 M$.

Marie-Hélène de Palandier : Ah ouais, 50,000 M$, quand même ! C'est pas donné, tout ça ! On peut faire un paiement en 3 fois sans frais ? Bien, comme ça concernera la Défense, j'en parlerai à Sa Majesté. Et il est très probable qu'elle souhaite mettre un militaire à la tête de tout cela.

Bon boulot, Delplace ! Attendez que j'en aie parlé à Sa Majesté et vous pourrez lancer tout ça. Bien entendu, la plus grande confidentialité est de rigueur donc ne faites pas la bêtise de lancer un appel d'offres ! De toutes façons, je vois mal les entreprises étrangères nous fournir le matériel qui servira à espionner leur gouvernement !
Paul Pathyne
Paul Pathyne

Messages : 2071
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 71

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Conseil des Ministres Empty Re: Conseil des Ministres

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum