Castel Cardolane

Aller en bas

Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Mer 30 Nov 2016 - 18:56





Profitant du temps clément, Léto Atrèdes décida d'aller faire un tour au village des pêcheurs.

Son père, le Duc Féodor Atrèdes, lui avait longtemps répété qu'un duc ne pouvait se contenter d'être respecté par son peuple, il devait en plus savoir se faire aimer de lui. Lui-même allait souvent se mêler à ses sujets, accompagné de son fils, et ses visites étaient toujours bien accueillies.

En revanche Thufir Nawak, le mentat des Atrèdes, n'appréciait guère. Il était en charge de la sécurité de la famille ducale et il désapprouvait ces petites escapades. Apprenant que Léto allait descendre seul au village, il tenta vainement de le dissuader. "Mon Seigneur, vous êtes le fils du Duc, vous ne pouvez pas ainsi faire fi de la plus élémentaire des prudences ! Au moins permettez que je vous accompagne !", lui avait-il dit. Mais Léto n'avait pas écouté. Le mentat avait alors décidé de le suivre pour assurer une protection minimum, mais en restant à distance.

Léto arriva enfin au village. Avisant Jarvis, avec qui lui et son père étaient souvent partis pêcher, il lui demanda s'il pouvait l'emmener dans les champs de melons-kelp. Ce dernier accepta et ensemble, ils montèrent à bord du bateau.

Les melons-kelp ne se cultivaient pas sur la terre ferme, ils ne pouvaient pousser qu'à la surface de l'eau de mer. Ils étaient semblables à ces bouées flottantes sur lesquels tintaient une cloche et qui balisaient les trajets maritimes. Léto et Jarvis s'approchèrent des fruits flottants.

Sortant un couteau de sa poche, Léto cueillit un melon-kelp. Il le coupa et en proposa la moitié à Jarvis. Léto appréciait le goût salé du fruit à la chair orange. Les deux hommes se régalèrent, tout en bavardant. Puis ils restèrent de longues minutes, silencieux, à regarder le soleil se coucher.


Plus tard, le bateau rejoignit le port et Léto en descendit. Il remercia le pêcheur pour la balade puis prit la direction de Castel Cardolane. En chemin, il rencontra Thufir Nawak. Celui-ci le regarda avec un air de désapprobation.



Léto Atrèdes : Tu vois bien que je ne risquais rien, Thufir. Tiens, je t'ai ramené un melon-kelp, je sais que tu les adores. Pour moi ils ont le goût de la liberté !


Le mentat regarda le fruit que Léto lui avait donné. Puis il se rendit compte que le jeune garçon ne l'avait pas attendu et qu'il avait déjà pris quelques bons mètres d'avance. Il ne put s'empêcher de sourire un bref instant, puis courut pour le rejoindre. "Le petit démon ! Aussi insouciant que son père à son âge !"
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Sam 10 Déc 2016 - 7:53

Le Duc Féodor jetait un oeil à différents rapports qui étaient étalés devant lui, sur son bureau.

Les Atrèdes avaient reçu du Prince-Padishah le territoire de Cardolane. C'était un territoire qui avait la particularité de se situer en bord de mer et d'offrir les terres les plus fertiles de Mézénas. Son économie reposait donc en grande partie sur la pêche et l'agriculture. Les melons-kelp faisaient partie des produits de la région qui étaient fort appréciés par les Mézènes. Les vignobles des Atrèdes étaient parmi les plus réputés et le vin pétillant de Cardolane était toujours au menu des plus grandes tables, y compris celle du Prince-Padishah lui-même.

Léto entra après avoir frappé. Il était le fils unique du Duc Féodor et donc, son héritier. Âgé d'à peine 20 ans, il avait les cheveux noirs de son père et les yeux verts de sa mère, Héléna. Cette dernière avait hélas péri lors d'un bombardement, pendant la terrible guerre qui avait déchiré la toute jeune nation de Mézénas et qui avait amené l'instauration de la monarchie.

Le Duc releva la tête et sourit à son fils. Il posa ses rapports et proposa à Léto de prendre un fauteuil. Puis il sortit une pipe d'un des tiroirs de son bureau. Léto savait que son père fumait la pipe quand il était de bonne humeur et détendu. Il le faisait souvent lorsqu'il discutait avec lui. Le Duc alluma sa pipe et aussitôt, une fumée bleutée l'entoura. Léto aimait beaucoup cette odeur d'algues, qu'il connaissait depuis sa plus tendre enfance.



Le Duc Féodor : Thufir m'a dit que tu étais sorti, il y a quelques jours, pour aller au village au bord de la mer. Comme tu le devines, il a encore pesté contre toi, te reprochant ton imprudence. Cela dit, il t'a suivi tout au long de ta promenade et je suis convaincu qu'il aurait su quoi faire si ta vie avait été un tant soit peu menacée.

Léto : J'aurais été surpris qu'il ne s'inquiète pas pour moi et peut-être même cela m'aurait-il attristé. Je dois avouer que je l'aime bien. Thufir me connait depuis ma naissance.

Le Duc Féodor : Et il était déjà au service des Atrèdes lorsque j'avais ton âge. (il tira longuement sur sa pipe). Mon fils, je t'ai fait venir car j'ai une nouvelle à t'apprendre. Notre pays sort d'une période difficile, c'est un euphémisme, et j'ai pensé qu'il serait bon de finir l'année par une note joyeuse. Aussi ai-je décidé que les Atrèdes allaient donner un bal le 31 décembre !

Léto : C'est une très bonne nouvelle, père.

Le Duc Féodor : Toutes les familles nobles de Mézénas seront conviées, y compris les Van Dorrenn, bien que je ne sois pas certain qu'ils répondent favorablement à l'invitation. Ça ne serait pas une surprise, connaissant la sympathie qu'ils nous portent. Cela sera pour toi l'occasion de connaître les autres familles. Je pense en particulier à mon vieil ami Dominic Vernius. Il a deux enfants qui ont sensiblement le même âge que toi. Tu n'auras aucun mal à te lier d'amitié avec Rhombur et tu devrais bien t'entendre avec Kailea. A ce que l'on m'a dit, c'est devenu une jeune femme tout à fait charmante (il resta un court instant silencieux, observant la réaction de son fils). J'enverrai bien évidemment une invitation au Prince-Padishah, ne pas le faire serait un terrible faux-pas. Cependant, j'ignore s'il acceptera de quitter les fastes de la cour et de Kaïtaïn, pour un bal de province, même donné par une Maison Majeure.

Léto : Je pense en effet que le Prince-Padishah ne viendra pas. Il enverra quelqu'un pour le représenter.

Le Duc Féodor : Bref, quoi qu'il en soit, je tenais à t'informer de ma décision d'organiser ce bal. Changeons de sujet, j'ai parlé récemment à Duncan, il m'a dit que tu t'entrainais souvent au maniement des armes avec lui. Il m'a dit également que tu étais un très bon élève, je suis fier de toi.

Léto : Je veux que vous soyez fier de moi, père.

Le Duc Féodor (l'air grave) : Tu es mon unique héritier, Léto. Un jour, toi aussi tu seras Duc, tu auras un territoire à gouverner et tu auras des sujets, desquels tu devras te faire respecter, mais surtout te faire aimer.

Léto : J'en suis conscient, père. Mais j'évite d'y penser trop souvent. Car ce jour où je serai Duc, c'est aussi le jour où vous ne serez plus à nos côtés.

Le Duc Féodor : Je comprends, mon fils, je comprends. Mais c'est ainsi que cela doit se passer. Il faut que tu y sois préparé. Le maniement des armes, l'organisation de bals, tout ça c'est très bien. L'art de gouverner, c'est tout autre chose. Et je sais que tu feras un Duc formidable, mon fils.


Léto sentit un frisson lui courir le long de l'échine. Un jour, il hériterait de tout, le Duché, le titre, la fortune. Mais il souhaita que cela lui arrive le plus tard possible...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Sam 31 Déc 2016 - 15:03



Les chefs des différentes Grandes Maisons de Mézénas avaient accepté l'invitation pour le bal de fin d'année des Atrèdes. Sur le parquet de la grande salle de réception de Castel Cardolane, les couples tourbillonnaient au son de la musique que jouait l'orchestre.

A l'écart de la foule, le Duc Féodor contemplait le spectacle. Il se tourna vers son fils Léto qui se trouvait à ses côtés.



Féodor Atrèdes : Je regrette que le Prince-Padishah ne soit pas présent, mais il fallait s'y attendre.

Léto Atrèdes : La réception ne fait que commencer, père. Mais dites-moi, j'observe depuis un certain temps toutes ces personnes et je me rends compte que je n'en connais presque aucune.

Féodor Atrèdes : Je vais t'indiquer qui elles sont.

Bien sûr, je pense que je n'ai pas besoin de te présenter ton grand-père, le Comte Alban Richèse. Il a reçu il y a peu le fief-siridar du Kitchassa, où sont exploitées les mines de savonite.

Wladimir van Dorrenn, Baron du Dorbasse. Il a pris la succession de son frère Abulurd, après sa déchéance, conséquence de sa fuite à la bataille de Corryn.

L'homme que tu aperçois là, c'est mon vieil ami Dominic Vernius, le Comte des Marches de Han. Ses deux enfants, Kailea et Rhombur, sont assis à leur table, juste là-bas. La jeune femme qui danse avec Dominic est l'Archiduchesse Amandine Écaz, la fille de l'Archiduc Armand, décédé dans de mystérieuses circonstances. J'y reviendrai plus tard.

Lui, c'est Maximilien Hagal. Il est à la tête du Duché de Troadie, connu pour ses pierres précieuses. Émeraudes, rubis, diamants, elles ont fait sa fortune. C'est un homme que l'on dit aimable et fort instruit. Il ne se mêle pas trop de politique.

Et enfin, ici tu aperçois Hundro Moritani, le Vicomte de Poritrin. C'est un allié du Baron Wladimir Van Dorrenn, aussi malfaisant que lui. La rumeur prétend que le Vicomte serait à l'origine de la mort de l'Archiduc Armand Écaz, car ce dernier refusait de lui céder la main de sa fille Amandine.

Léto Atrèdes : Et cet homme, là au fond ? Il vient d'arriver il y a peu. Il me semble avoir déjà vu son visage.

Féodor Atrèdes : Cet homme, Léto, c'est Faÿkan, le fils du Prince-Padishah. SI tu veux bien m'excuser un instant, je vais d'ailleurs aller l'accueillir.




Le Duc s'avança vers le jeune prince. Il fit un signe à l'orchestre qui s'arrêta aussitôt de jouer. Toute l'assistance se tourna alors vers le Duc et le prince-héritier.


Féodor Atrèdes : Sire, c'est une joie de vous recevoir à Castel Cardolane.

Prince Faÿkan : Duc Féodor, mon père m'a chargé de vous transmettre ses plus cordiales salutations. Il vous tient en haute estime, savez-vous ?

Féodor Atrèdes : J'en suis sincèrement touché, Sire. Souhaitez-vous nous rejoindre à notre table ? Vous ferez ainsi connaissance avec mon fils Léto.

Prince Faÿkan : Je n'ai pas encore eu l'honneur de lui être présenté.


Tandis que le Duc Féodor guidait le prince-héritier jusqu'à sa table, de l'autre côté de la salle une jeune femme ne manquait rien de la scène. C'était Kailea, la fille du Comte Vernius. Son frère Rhombur l'observait du coin de l'oeil et avait deviné ses pensées.


Rhombur Vernius : Tu te fais du mal, petite soeur. Faÿkan ne t'a même pas calculée, je me demande même s'il est au courant que tu existes. Arrête de te faire des illusions.

Kailea Vernius : Parce que tu t'imagines que... Allons, ne dis pas n'importe quoi ! Je ne m'intéresse pas à lui.

Rhombur Vernius : Raconte ça à d'autres, pas à moi. Je sais reconnaître l'amour dans les yeux d'une femme, même s'il s'agit de ma soeur !


Kailea détourna la tête, non sans avoir jeté un regard furieux à son frère, à qui elle ne pouvait rien cacher.

Mais au-delà de l'attirance qu'elle éprouvait pour Faÿkan, le prince-héritier représentait également autre chose pour elle : un moyen de fuir les Marches de Han et d'entrer enfin à la Cour de Kaïtaïn...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Mar 18 Avr 2017 - 7:09

Le Duc Féodor avait demandé à son fils Léto de le rejoindre dans son bureau. Dès l'arrivée de ce dernier, ils s'assirent tous les deux dans un fauteuil à suspenseurs. Le Duc alluma une pipe, signe que la conversation allait être détendue. Léto avait pris un verre de cidrille, une boisson très acide qu'il appréciait beaucoup.

Les deux hommes réglèrent leur fauteuil et ceux-ci commencèrent à flotter. Léto s'arrangea pour que son regard soit à la hauteur de celui de son père. Féodor sourit, s'ils avaient été dans une réunion publique, Léto n'aurait jamais placé le fauteuil à cet endroit, le protocole, même vis-à-vis de son propre fils, aurait exigé qu'il reste un peu en-dessus de lui.


Féodor Atrèdes (tirant sur sa pipe) : Hmmm, mon fils... Je t'ai demandé de venir parce que j'ai une nouvelle à t'annoncer. Il est bon à ton âge d'explorer de nouveaux horizons, de découvrir de nouveaux endroits. Depuis que nous sommes arrivés ici, tu n'as connu que Cardolane.

Tu vas aller passer quelques mois dans les Marches de Han, chez mon vieil ami Dominic. Ce sera pour toi très enrichissant, tu prendras tes cours avec les enfants Vernius, tu y apprendras la construction des aéronefs et toutes ces nouvelles technologies qui ont fait la réputation de cette Maison.


Léto ne souhaitait pas vraiment quitter Cardolane, mais dans le même temps, il était excité à l'idée de découvrir Vernii, la cité technologique. Et puis, si c'était la volonté de son père, il devait y obéir.


Léto Atrèdes : C'est une excellente idée, père. Mais dites-moi, cela fait-il longtemps que vous connaissez le Comte Dominic ?

Féodor Atrèdes : Oh oui, longtemps avant ta naissance, nous avons vécu bien des péripéties, lui et moi. Un jour, il faudra que je te raconte toutes ces choses, mais plus tard... Bien, tu partiras dans trois jours.

Léto Atrèdes : Entendu, père. Vous me manquerez.


Léto ne parla pas à son père de Jessica, cette jeune femme qu'il avait rencontrée à l'occasion des Jeux de Belgograd. Elle lui plaisait beaucoup, ses cheveux roux, ses grands yeux verts, l'avaient immédiatement séduit. Elle avait été franche avec lui et lui avait dit dès le début qu'elle était Bene Tesserite.

Il n'était pas rare que les nobles de Mézénas choisissent leur conjointe parmi ces femmes, le Prince-Padishah en avait pris une pour concubine puis avait fini par l'épouser et sa fille Sighild avait elle aussi rejoint l'École dès son plus jeune âge. Ces unions étaient le plus souvent arrangées. Mais son père l'avait un jour mis en garde : "Ne te marie jamais par amour", lui avait-il dit. "L'amour est un luxe que seul le peuple peut s'offrir, mais nous ne pouvons pas nous le permettre. L'amour peut amener la ruine dans une Maison. Veille à toujours rester disponible, un mariage politique peut avoir bien des avantages".

Léto savait que le mariage entre ses parents avait été un mariage arrangé avec la Maison Richèse. Mais en voyant le chagrin qui s'était emparé de son père lorsque sa mère avait été tuée, il avait compris qu'il y avait également eu de l'amour entre eux.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Dim 11 Juin 2017 - 17:33

L'aéronef de la Guilde se posa sur le petit aéroport de Cardoville. Le Duc Féodor Atrèdes accueillit son fils Léto ainsi que les enfants Vernius et il les serra contre lui. Il avait appris la mort de son ami le Comte Dominic.

Il les assura qu'ils pourraient rester en Cardolane aussi longtemps qu'ils le voudraient, que sa demeure était à présent la leur. Mais Rhombur ne pouvait pas accepter, il remercia le Duc pour cette offre si généreuse et qui était une preuve supplémentaire de son amitié indéfectible pour sa famille, mais il  refusait de faire courir un tel risque aux Atrèdes. La Maison Vernius était à présent une Maison renégate, les Sarraudar s'était mis à leur recherche et toute personne leur apportant assistance serait sévèrement châtiée. Il fallait trouver une autre issue.

C'est Léto qui eut l'idée en premier.



Léto Atrèdes : Rhombur, vous pourriez vous exiler en Francovie !

Kailea Vernius : Je déteste cette idée de devoir partir ! N'y a-t-il vraiment pas moyen pour nous de rester à Mézénas ?

Rhombur Vernius: Petite soeur, tu le sais bien, nous ne pouvons rester. Et la Francovie serait une bonne idée, en attendant de pouvoir revenir ici.

Féodor Atrèdes : L'idée de Léto me plaît, la Francovie n'est pas éloignée de Mézénas et c'est un endroit que vous connaissez bien puisque vous y êtes tous nés ! Rhombur, je parlerai au Prince-Padishah, sans lui révéler où vous vous trouvez, et j'essaierai d'intercéder en votre faveur. Il doit pouvoir vous gracier et même si j'ai un doute sur la culpabilité de votre père, les enfants ne doivent pas payer pour les fautes des pères !

Kailea Vernius : Très bien, alors d'accord pour la Francovie !

Rhombur Vernius : Augustin, mon cousin qu'en pensez-vous ?


Tous se tournèrent vers le plus jeune des Vernius...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Elrood IX le Dim 11 Juin 2017 - 22:53

Augustin Vernius :
Nous ne pouvons effectivement  pas rester ici sauf si vous désirez attendre la mort pour nous et pour vous ami Atrèdes la torture au minimum pour nous avoir hébergé, l'exil en Francovie et la meilleure option que nous possédons pour le moment .
avatar
Elrood IX

Messages : 120
Date d'inscription : 12/03/2017
Age : 81
Localisation : Kaïtaïn / Saguenay

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Dim 11 Juin 2017 - 23:22

Rhombur Vernius : Parfait ! Donc la décision est prise. A présent, il va nous falloir solliciter le gouvernement francovar et lui demander de nous accorder cet asile.

J'écrirai une lettre au Roi dès demain matin.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Mar 13 Juin 2017 - 10:14

Rhombur sourit en lisant la lettre que le souverain francovar lui avait fait parvenir. Il courut annoncer à sa soeur et à son cousin la bonne nouvelle : le Roi avait accepté leur demande d'asile !

Ainsi, ils pourraient échapper au Prince-Padishah et aux Sarraudar.

Ils allaient devoir rester discrets, nul ne devait savoir où ils seraient, pas même le Duc Féodor. Bien sûr, le Duc saurait qu'ils seraient en Francovie, mais il ignorerait le lieu précis de leur destination. Et la Francovie était un pays assez étendu, il faudrait des mois, peut-être des années avant que les Sarraudar ne retrouvent leurs traces, à condition de savoir où chercher et à condition d'en avoir l'autorisation, ce qui dans les deux cas n'était pas près d'arriver.

La famille Vernius avait gardé quelques contacts en Francovie. Dès qu'il serait arrivé là-bas, Rhombur savait exactement quelle personne contacter.

Une personne qui n'avait jamais caché son antipathie pour Paul Pathyne lorsque ce dernier n'était que le Duc de Mézénas, ce qui allait grandement faciliter les choses...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Mer 14 Juin 2017 - 13:46




Après avoir contacté leur "vieil ami", afin de s'assurer qu'il serait présent pour les accueillir, Rhombur, Kailea et Augustin, prirent la direction de l'aérodrome de Cardoville où un petit appareil, un ACM-Aquilae, les attendait.

Les enfants Vernius n'ayant plus accès aux comptes bancaires de la famille, ce fut le Duc Féodor qui versa les 6,000 M$ à la Guilde pour le transport des trois jeunes gens jusqu'à leur destination, dont il ne devait rien savoir. La Guilde était certes entièrement disposée à venir en aide aux Vernius, mais elle n'oubliait pas les affaires ! Dans ses registres, afin de dissimuler ce vol qui n'avait rien d'officiel, la Guilde nota la vente de trois billets d'avion à destination de Neu Krassburg.

Les adieux furent émouvants, aucun d'entre eux ne savait s'ils auraient le bonheur de se revoir un jour. Et bien entendu, aucun contact ne serait possible entre eux.

L'Aquilae décolla, salué par Féodor et Léto.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Sam 2 Déc 2017 - 20:42

Comme l'année précédente à la même période, Castel Cardolane se préparait à un grand événement : le bal de fin d'année ! C'était désormais devenu une tradition : le 31 décembre, le Duc Féodor donnait un grand bal dans la salle de réception de son palais.

Pendant toute une soirée, les nobles de Mézénas se réuniraient dans une ambiance festive, on y goûterait les mets les plus raffinés et les vins les plus rares.

Comme le protocole l'exigeait, une invitation avait été envoyée à toutes les Grandes Maisons, y compris celle des Van Dorrenn, malgré le peu de sympathie que le Baron et sa famille éprouvait pour les Atrèdes (et c'était là un doux euphémisme). L'an passé, le Baron avait accepté l'invitation, mais que déciderait-il de faire, cette année ?

Bien que la date du bal approchait à grands pas, Léto n'avait pas tellement le coeur en fête. En effet, il aurait bien voulu que les enfants Vernius soient à ses côtés lorsque aurait lieu cette soirée si particulière. Mais Rhombur et Kailea étaient en exil et le Prince-Padishah, d'après ce que l'on racontait, n'avait guère envie de les gracier, comme il l'avait fait pour Augustin. Léto savait qu'Augustin était de retour à Mézénas, il l'avait rapidement aperçu à la sortie de l'aéroport. Il lui avait proposé de l'accueillir à Castel Cardolane, mais Augustin avait poliment refusé. Peut-être arriverait-il à le convaincre de venir pour le bal.

Cela faisait maintenant un peu plus de 6 mois que Léto fréquentait Jessica, une jeune Bene Tesserite qu'il avait rencontrée à Belgograd, à l'occasion des JMO d'hiver. Il l'aurait bien épousée, mais son père lui avait toujours fortement déconseillé de se marier par amour. "Ces choses-là sont pour le petit peuple", lui avait-il dit. "L'amour est un luxe que seul le peuple peut s'offrir, mais nous ne pouvons pas nous le permettre. L'amour peut amener la ruine dans une Maison. Veille à toujours rester disponible, un mariage politique peut avoir bien des avantages".

Jessica deviendrait probablement sa concubine officielle, mais jamais elle ne devait devenir sa femme.

Ce que Léto ignorait, c'est que sa rencontre avec Jessica n'était pas le fruit du hasard. Tous les deux faisaient partie du Grand Plan du Bene Tesserite.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Mer 27 Déc 2017 - 21:32

Le bal de fin d'année approchait et au Castel Cardolane, les préparatifs avaient été lancés depuis déjà de nombreux jours.

Le Duc Féodor ne lésinerait sur les moyens, il avait décidé d'offrir une soirée que les autres nobles de Mézénas n'allaient pas oublier de sitôt.


avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Mer 3 Jan 2018 - 12:21




Le Duc Féodor Atrèdes était plongé dans ses dossiers depuis le début de la matinée. La Maison Atrèdes ne possédait pas une immense fortune, mais les entreprises de Cardolane avaient rapporté de confortables profits au cours de l'année 2017. Le Duché était prospère, les salariés étaient bien traités et ils aimaient travailler pour leur Duc.

Le bal du 31 décembre avait été une réussite, comme l'année précédente. Tous les nobles de Mézénas étaient présents, à commencer par le jeune Archiduc Léopold Richèse, qui avait récemment pris la succession de son père. De tous les invités, l'Archiduc était le plus proche du Duc Féodor, en effet l'épouse de ce dernier, Héléna, qui avait péri lors de la Guerre contre les Machines Pensantes, était une Richèse et l'Archiduc était son plus jeune frère.

Le Baron Wladimir van Dorrenn n'avait pas pu venir, prétextant un mauvais rhume attrapé dans le Kitchassa. C'est Feyd-Rautha, son neveu, qui représenta la famille. Le jeune Van Dorrenn ne fut pas très social au cours de la soirée, se contentant d'observer de loin toutes les personnes présentes. La seule personne avec qui il conversa fut l'Archiduchesse Amandine Écaz, dont les charmes ne le laissaient pas indifférents.

Le Prince-héritier, Faÿkan, avait fait une brève apparition mais n'était pas resté très longtemps. Son désintérêt profond pour toutes les mondanités n'était un secret pour personne.

La surprise de la soirée fut un cadeau envoyé au Duc Féodor, un superbe tigre-Laza. Thufir Nawak, le mentat des Atrèdes, déconseilla à son Duc d'accepter le cadeau, d'une part, parce que la place d'un tigre-Laza n'est pas dans la demeure d'un noble mais en liberté dans son milieu naturel, le Kitchassa. Et d'autre part, on ignorait de qui provenait le cadeau et qui sait si cela n'était pas un piège tendu par un ennemi ? Féodor rit en écoutant les recommandations de son mentat, mais il le remercia de se préoccuper ainsi de sa sécurité, ce à quoi le mentat répondit qu'il ne faisait que son travail et que le Duc avait tort de ne pas l'écouter. L'animal fut enfermé dans une cage, à l'extérieur de Castel Cardolane et le mentat ayant finalement réussi à le convaincre, Féodor lui promit qu'il ferait relâcher le tigre dans le Kitchassa dans les prochains jours.


Le Duc referma un dernier dossier qu'il rangea dans son bureau puis s'étira. Il descendit dans la grande salle de réception et rejoignit son fils Leto, sa compagne Jessica, qui ne le quittait plus, et son maitre d'armes, Duncan Wyoming. Après un déjeuner en leur compagnie, le Duc prit la direction du Cap de Kévandir. Une petite promenade digestive lui ferait le plus grand bien.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Sam 3 Fév 2018 - 13:52

La consternation, mais aussi une immense tristesse, s'étaient abattues sur Castel Cardolane.

Des promeneurs avaient trouvé le corps atrocement mutilé du Duc Féodor, ainsi que celui d'un autre homme et avait rapporté leur macabre découverte au castel.

Désormais, le jeune Leto était le chef de la Maison des Atrèdes.

Thufir Nawak présenta aussitôt sa démission au nouveau souverain, assumant l'entière responsabilité du drame. En charge de la sécurité du Duc Féodor, il pensait qu'il ne s'était pas montré à la hauteur de sa tâche.

Leto avait refusé la démission du mentat.





Leto Atrèdes : Thufir, je serais bien stupide d'accepter ta démission. Je ne connais aucun homme à Cardolane qui soit plus fidèle et loyal que toi à la maison des Atrèdes. Ce serait comme me couper un bras !

Bien au contraire, j'ai plus que jamais besoin de toi à mes côtés.




Thufir Nawak : Mon Seigneur Duc, je ferais selon votre volonté. Je vous renouvelle mon allégeance à la Maison des Atrèdes et je ferais tout pour retrouver les auteurs de ce lâche attentat.

Leto Atrèdes : Que sait-on de l'homme dont on a retrouvé le corps sans vie ? Est-il lié à l'une des maisons du Landsraad ?

Thufir Nawak : Il est inconnu de nous. Mais je ne pense pas qu'une Maison du Landsraad ait ordonné ce meurtre. Comme vous le savez, les Maisons sont liées par la Grande Convention, toute attaque d'une Maison contre une autre doit être précédée par la déclaration d'un Kanly.

Cependant, nous savons tous que certains n'ont aucun honneur et ne s'embarrasseraient pas d'un Kanly.

Leto Atrèdes : Bien sûr, les Van Dorrenn. Cet acte porte bien leur marque.


Duncan Wyoming, le Maître d'armes des Atrèdes, arriva alors.




Duncan Wyoming : Mon Seigneur, selon les premiers éléments que nous avons rassemblés, le tigre-Laza aurait été acheté à Carthag par un homme déclarant travailler pour un amateur d'animaux exotiques.

Le Snomen qui lui a vendu l'animal est formel : l'homme était un Fidèle d'Arès !

Leto Atrèdes : Un adorateur des Machines Pensantes ? Thufir, cela est-il crédible ?

Thufir Nawak : Eh bien, les Fidèles d'Arès n'ont pas été totalement démantelés à la fin de la guerre contre les Machines Pensantes et leur rancune à l'égard de la Maison des Atrèdes est tenace. Les défaites que nous leur avons infligées lors de la bataille de Corryn et de celle du Pont de Hrethgir leur ont été fatales. Je crois que c'est une piste à explorer.

Duncan Wyoming : Je suis d'accord, c'est une piste sérieuse.

Leto Atrèdes : C'est la seule que nous ayons. Bien, poursuivons l'investigation dans cette direction. (il soupire) En attendant, je dois penser aux obsèques de mon père.

Thufir Nawak : Le peuple souhaitera lui rendre un dernier hommage, Mon Seigneur. Votre père était aimé de tous.

Leto Atrèdes : Et il sera pleuré par tous.


Leto soupira de nouveau. Il avait perdu son père, mais il n'était pas le seul à en souffrir. Thufir, Duncan et tous les Cardolanais ressentaient une immense perte.

Il devait se montrer fort pour son peuple, même si ses nouvelles responsabilités étaient très lourdes pour ces jeunes épaules...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Paul Pathyne le Ven 16 Fév 2018 - 14:42

"Je suis le Duc Leto Atrèdes, Seigneur des terres de Cardolane, membre du Landsraad, chef d'une Grande Maison".

Pour Leto, tous ces titres ne signifiaient rien. Il avait perdu son père.

Il était seul dans la grande salle à manger de Castel Cardolane, assis dans le fauteuil de son père. Il n'avait pas touché à son repas, un ragout de poisson préparé par son chef-cuisinier. Il avait perdu tout appétit.

Il avait déclaré 5 jours de deuil sur tout le Duché de Cardolane, ce qui lui avait permis d'échapper quelque temps à ses nouvelles responsabilités. La tâche était bien trop lourde pour ses jeunes épaules. La mort du Duc Féodor avait été si soudaine et inattendue qu'il n'avait pas été préparé à lui succéder.

Il avait reçu les condoléances des autres Grandes Maisons et déjà, il ne s'était pas trouvé à la hauteur quand il avait fallu répondre à toutes ces lettres. Surtout quand était arrivée la missive officielle du Prince-Padishah Paul Pathyne. "Un grand homme du peuple nous a quittés. Veuillez accepter mes sincères condoléances et tous mes souhaits pour votre avenir". Pour une raison inexplicable, il avait cru déceler comme une menace dans ces mots. Peut-être était-ce juste son imagination.

La présence de Jessica à ses côtés avait été précieuse, elle lui avait apporté tout le soutien nécessaire. Leur amour grandissait et Leto avait pris sa décision : elle serait sa concubine officielle.

Un grand nombre de Cardolanais étaient présents pour assister aux funérailles de leur Duc, ils avaient tenu à lui présenter leur dernier hommage. L'église dans laquelle une messe avait été donnée par le prêtre syiste était trop petite pour contenir tous ceux qui étaient venus. Puis le corps du défunt avait été inhumé dans la crypte familiale, située sous Castel Cardolane.

On avait retrouvé le tigre-Laza sous les griffes duquel le souverain avait péri. Thufir aurait souhaité qu'il soit abattu, mais Leto s'y opposa. Pour lui, les vrais coupables étaient ceux qui avaient fomenté ce complot, le tigre-Laza n'avait fait que suivre son instinct naturel de tueur.

On avait donc uniquement utilisé un tranquillisant puis l'animal, endormi et inoffensif, avait été ramené dans Castel Cardolane où il avait été étudié. Le dispositif découvert dans le cerveau de l'animal était d'une rare complexité, il ne pouvait avoir été créé que par des scientifiques et cela confirmait l'implication des Fidèles d'Arès qui, pour la plupart, étaient des gens de cette caste. Mais il serait très difficile de retrouver leurs traces, même si on disposait d'un portrait-robot de l'homme qui avait acheté le tigre-Laza à Carthag. Thufir avait dit à Leto que cet homme n'était sans doute qu'un intermédiaire et qu'il avait très probablement été tué ensuite pour que l'on ne remonte pas jusqu'aux assassins.

"Les coupables ne seront peut-être jamais châtiés", songea Leto en contemplant son assiette.



Duncan Wyoming : Mon Seigneur, il vous faut manger ! Vous ne devez pas vous laisser aller, votre peuple attend de vous que vous soyez fort !

Leto Atrèdes : Je le sais, Duncan, mais je ne suis pas prêt et j'ai encore besoin de temps.

Thufir Nawak : Mon Seigneur, je pense que vous devriez vous mettre à la tâche dès à présent, vos qualités naturelles feront le reste. Vous descendez d'une lignée prestigieuse, le sang des Atrèdes, mais aussi celui des Richèse et même celui des Pathyne coulent dans vos veines ! Vous êtes né pour gouverner ! Vos ennemis n'attendent qu'une chose, que vous vous laissiez abattre. Vous ne devez sous aucun prétexte leur faire ce plaisir !

Leto Atrèdes : Thufir, Duncan, mes plus fidèles amis ! Sans vous, je serais bien désemparé !


Et pour la première fois depuis la mort de son père, Leto se surprit à sourire...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2091
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Shaddam IV le Ven 31 Aoû 2018 - 14:56

Depuis quelques jours, une certaine activité s'était emparée de Castel Carolane. Les employés du château étaient affairés, ils allaient et venaient et dans chaque chambre les fenêtres avaient été grandes ouvertes, afin que l'on respire un bon air.

Les effets de la flémingite commençaient à se dissiper. Un peu partout sur le territoire du Duché la vie reprenait ses droits.

Hélas, l'épidémie avait fait de nombreuses victimes, des personnes avaient été retrouvées, inanimées, plongées dans un sommeil dont elles ne se réveilleraient jamais. Ici, un homme pleurait son épouse, là c'était un couple qui avait perdu son enfant. Parfois, il s'agissait de familles entières qui avaient été emportées par la flémingite.


Le Duc Léto était encore dans son lit, les médecins lui ayant recommandé de se ménager. Cependant, alors que le mentat Thufir Nawak devisait avec Duncan Wyoming, le Maître d'Armes des Atrèdes, Léto apparut dans les escaliers menant au grand hall. Il s'appuyait sur une cane mais ne semblait pas trop marqué par la maladie.



Thufir Nawak : Mon Seigneur, je dois vous faire part de ma désapprobation ! Vous devriez rester allongé, vous avez besoin de repos !

Léto Atrèdes : Je pense que je me suis suffisamment reposé. Et puis je n'aime pas rester à rien faire alors que tout le monde s'affaire autour de moi !

Thufir Nawak : Mais, Mon Seigneur...

Léto Atrèdes : Il suffit ! Bien, quelles sont les nouvelles de Cardolane. Comment se porte mon peuple ?

Thufir Nawak : Mon Seigneur, nous devons déplorer plus d'une centaine de victimes, nous n'avons pas encore le chiffre exact. En plus de cette triste nouvelle, je dois vous apprendre que la famine guette. En effet, comme on peut le comprendre, les terres n'ont pas été labourées et semées, et nous craignons de graves pénuries de blé mais aussi de fruits et de légumes.

Léto Atrèdes : Je crois que nous avons des réserves de nourriture au Castel, n'est-ce pas ?

Thufir Nawak : Oui, Mon Seigneur, des réserves de plusieurs mois.

Léto Atrèdes : Alors que l'on prenne sur ces réserves et qu'on en distribue la plus grande partie au peuple, je refuse de le voir mourir de faim, il a déjà été trop éprouvé.

Thufir Nawak : Entendu, Mon Seigneur, je fais donner des ordres immédiatement. Et, Mon Seigneur, concernant cette jeune femme, Jessica... J'avais pensé que... Comment dire, vous connaissez mes sentiments sur cette question...

Léto Atrèdes : Je sais ce que tu vas me dire, Thufir, je sais que tu es très méfiant à l'égard des Soeurs du Bene Tesserite et c'est bien normal, car c'est ton rôle d'être méfiant, étant en charge de ma sécurité et de celle de ce château. Cependant, tu m'excuseras mon vieil ami, mais je n'entends pas renoncer à mes projets. Jessica sera ma concubine officielle et la mère de mon héritier. J'en ai décidé ainsi.

Thufir Nawak : Bien, Mon Seigneur. A présent, je vais m'occuper de la distribution de nourriture.


"Cette annonce sera une grande source de joie pour mon peuple. Il en a bien besoin, après toutes ces épreuves", songea Léto.
avatar
Shaddam IV

Messages : 635
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Shaddam IV le Mer 3 Oct 2018 - 14:01

Après son déjeuner, le Duc Léto s'était assis dans le grand fauteuil de son père, près de la cheminée, et il s'était servi un verre de Kirana. Duncan Wyoming, son fidèle maître d'armes, l'avait rejoint.

Voilà une qualité qui caractérisait chacune des personnes travaillant dans l'entourage de Léto : la fidélité. Il le savait, Duncan donnerait sa vie pour sauver la sienne. Cette fidélité et ce sens du sacrifice donnaient à Léto une grande volonté de servir son peuple.

Pendant qu'il faisait tourner l'alcool dans son verre, Léto était plongé dans ses pensées. Duncan s'en aperçut et lui fit remarquer.



Duncan Wyoming : Mon Seigneur, vous paraissez bien pensif et je serais curieux de savoir si quelque chose vous préoccupe.

Léto Atrèdes : Je pense à nos amis, Rhombur et Kailea Vernius, les enfants du Comte Dominic. Je me demande où ils sont, ce qu'ils font. Sais-tu que la Guilde regrette beaucoup le temps où leur père dirigeait les Marches de Han ? C'est lui-même qui dessinait les plans des aéronefs que construisaient ses entreprises et il semblerait qu'aujourd'hui, les aéronefs qui sortent de Vernii sont de moins bonne qualité.

Duncan Wyoming : J'en ai effectivement entendu parler. Pensez-vous que la Guilde irait jusqu'à espérer un retour des Vernius à la tête du Comté ?

Léto Atrèdes : C'est ce qui se dit, effectivement. Et vois-tu, je pense que nous avons oublié Rhombur et Kailea, nous les avons abandonnés à leur exil. Cela mon père ne l'aurait jamais accepté, il se serait constamment soucié de leur sort et peut-être serait-il même allé jusqu'à défier le Prince-Padishah pour que leur condamnation soit levée.

Duncan Wyoming : Mon Seigneur, pourriez-vous envisager d'en faire de même ? Iriez-vous jusqu'à l'affrontement ?

Léto Atrèdes : Je ne sais pas, Duncan. Mais ce que je sais, si on en croit les rumeurs qui circulent, c'est que comme la Guilde, les manutentionnaires des usines de Han regrettent eux aussi le Comte Dominic. J'ai même entendu dire que Luther Pavonis, qui fut jadis le mentat des Vernius et qui a pris sa place à la tête des Marches de Han, dirigerait ses entreprises par la terreur ! On parle même d'exécutions sommaires, te rends-tu compte ?

Duncan Wyoming : Cela justifierait sans nul doute une intervention de votre part.

Léto Atrèdes : Je ne souhaite pas intervenir militairement, je ne veux pas déclencher un conflit qui ferait de nombreuses victimes innocentes. Je vais profiter de la réunion du Landsraad qui précèdera le couronnement de Faÿkan pour interpeller le Prince-régent à ce propos. Je suis certain qu'il ne restera pas sourd à mon appel, d'autant plus si j'ai le soutien de la Guilde. Mais avant cela, il me faut des preuves, des preuves solides de ce qui se passe à Vernii. Et pour cela je dois envoyer quelqu'un sur place.

Duncan Wyoming : Un espion, ce serait en effet une décision sage. Vous aurez ainsi plus d'éléments lorsque vous plaiderez la cause des Vernius devant le Landsraad. (il avale son verre d'un trait et se lève) Je vais immédiatement demander à Thufir de s'en occuper. Nous en saurons plus en fin de semaine.

Léto Atrèdes : Merci, mon ami.


Léto resta de longues minutes à contempler le feu dévorant les bûches dans la cheminée. Puis à son tour il avala son verre et se leva. Le temps de l'action était venu.
avatar
Shaddam IV

Messages : 635
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Shaddam IV le Dim 7 Oct 2018 - 19:30

Léto relut de nouveau le message que l'espion  Atrèdes avait transmis à Nawak. Xavier avait visiblement été interrompu car le message était incomplet, mais le peu qu'il disait était stupéfiant.

Selon Xavier, les Marches de Han étaient à présent aux mains de scientifiques, de plus c'était des Arésites, cette secte dont les membres vénéraient Arès, la première Machine Pensante, et attendaient son retour.

Luther Pavonis était lui-même un Arésite et en réalité, il s'agissait d'un Change-Forme du nom de Scytale. Un Change-Forme pouvait prendre l'apparence de n'importe qui, homme ou femme, et Scytale devait être parmi les plus doués de sa caste car Xavier n'avait pas su faire la différence avec le véritable Luther Pavonis, qui aujourd'hui devait être mort ou prisonnier des scientifiques.

L'espion Atrèdes avait ensuite évoqué des exécutions, l'une d'entre elles s'étant déroulée sous ses yeux, puis la transmission avait ensuite été coupée. Impossible de savoir ce qui lui était arrivé et depuis il n'avait pas envoyé de nouveau message.


C'est avec ces informations, rares mais ô combien précieuses, que Léto devrait affronter les autres Maisons du Landsraad, car il avait toujours l'intention de porter cette affaire devant ses pairs.

Il devait cela au Comte Dominic, un ami fidèle de son père, qu'il n'avait eu guère le temps de connaitre. Il devait cela à Rhombur et à Kailea.

Les Vernius ne devaient plus être des renégats et Léto espérait qu'il allait changer cela...
avatar
Shaddam IV

Messages : 635
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Shaddam IV Aujourd'hui à 17:09

Léto avait réuni ses plus proches conseillers, afin de préparer l'offensive qu'il allait mener sur Vernii.

Il s'attendait à une farouche résistance, mais selon Thufir, les Sarraudar en poste dans les Marches de Han devaient avoir beaucoup perdu de leur combativité. Lorsqu'ils étaient au camp d'entrainement, chaque jour ils étaient soumis à rude épreuve, mais à Vernii, ça devait plutôt être les vacances, pour eux !

Deux cohortes, soit 600 hommes, se lanceraient à l'assaut des Marches de Han. L'effet de surprise devait permettre aux Atrèdes de remporter une victoire assez rapidement, du moins le Duc l'espérait.

Les soldats seraient acheminés par la Guilde. Cette dernière n'était pas satisfaite de la qualité des aéronefs qui sortaient désormais des usines de Han et en conséquence, elle appuyait l'opération. Elle avait informé Pavonis qu'elle suspendait ses droits au transport, il était donc désormais cloué au sol.

Le Navigateur qui avait conduit les enfants Vernius dans leur exil et qui était donc le seul à savoir où ils étaient, les avait contactés et leur avait appris ce que comptait faire le Duc.

Bien entendu, ils en furent ravis et promirent de faire une prière à Saint Sevan pour qu'il aide les Atrèdes dans leur périlleuse mission...
avatar
Shaddam IV

Messages : 635
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castel Cardolane

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum